30/01/2011

Heureuse retraite Gisèle, bonne chance Tina !

C'est malheureusement par la presse que les membres de l'asbl Michaël ont été informés du départ en retraite de Mme Gisèle Thibaut, Directrice de la Marelle et de l'Entracte.

C'est en 1976 que celle-ci avait fondé et pris en main la destinée d'un nouveau centre de jour, dénommé la Marelle, situé alors à la place de la Chapelle à Kain accueillant, en journée, des adultes ayant une déficience mentale moyenne, sévère ou profonde, non-travailleurs. S'y trouvant rapidement à l'étroit, en 1982, la Marelle emménage dans de nouveaux et vastes locaux aménagés dans une ancienne usine de la rue Paul Pastur, à la limite de Warchin. Les personnes handicapées vont y trouver un lieu d'occupation nettement plus confortable. Quotidiennement, à leur rythme, elles confectionneront divers objets, sans souci de rentabilité comme c'est le cas au sein d'un atelier protégé, et leurs réalisations seront exposées et vendues lors de fêtes ou de portes ouvertes, les modestes montants ainsi récoltés étant réinvestis dans l'activité du centre. Gisèle Thibaut et son équipe vont s'attacher à donner une âme à ce bâtiment qui avait, à leur arrivée, le caractère austère des usines d'autrefois. La création d'un espace vert, l'amélioration du confort intérieur, l'adaptation au cheminement des personnes handicapées se déplaçant avec difficultés ou en voiturettes, la mise en peinture aux tons pastels des différents locaux, la sécurisation des locaux, autant d'initiatives prises pour transformer des ateliers du XIXe siècle en lieux de vie agréables.

Au fil du temps, un autre problème va surgir, les personnes hébergées en journée prennent de l'âge et leurs familles également, certaines se retrouvent ou risque de se retrouver seules. Gisèle Thibaut va alors créer un lieu d'hébergement d'une dizaine de chambres pour accueillir ceux qui, le soir, ne peuvent plus rentrer chez eux. Ce sera la création de l'Entracte, dans une maison bourgeoise de la Place Verte. En avril 2008, l'Entracte déménage à la rue Saint-Martin dans l'ancien couvent des Petites Soeurs des Pauvres.

Depuis trente-cinq années, Gisèle Thibaut s'est dévouée pour donner une reconnaissance par la Société à la personne handicapée comme étant un être humain à part entière et non pas un individu qu'on place dans une sorte de ghetto pour qu'elle ne soit pas le reflet de nos angoisses et de nos peurs. Elle a aussi mené un combat presque journalier pour que les institutions soient reconnues et aidées financièrement afin de pérenniser leur action sociale.

En compagnie, tout d'abord d'Ultimar Foucart, malheureusement tragiquement disparu, et de Joseph Tomme ensuite, elle a succédé à Marianne Watrin à la tête de comité local de Cap48.

Aujourd'hui, sans bruit, presque sur la pointe des pieds, Gisèle Thibaut quitte la Marelle où Tina Dhaenens qui la seconde depuis bien longtemps reprendra le flambeau mais elle continuera à présider aux destinées de l'Entracte, ce dernier-né qu'il faut encore accompagner dans sa croissance pour lui donner toutes les chances de survie. Conscients de l'excellent travail fourni à la cause de la personne handicapée, les membres de l'asbl Michaël souhaitent une heureuse retraite et un repos bien mérité à Gisèle et la bienvenue à Tina Dhaenens qu'ils assurent de leur soutien.

Les commentaires sont fermés.