09/02/2016

Pourquoi un rêve doit-il avoir une fin ?

Lettre aux sympathisants de l'ASBL Michaël.

Merci à vous tous qui nous avez aidés, hélas, un rêve prend fin aujourd'hui.

Une décision douloureuse !

Le mardi 26 janvier dernier, lors de l'Assemblée générale annuelle de l'asbl Michaël, les membres-fondateurs ont été contraints de prendre la seule décision qui s'imposait à eux : acter la dissolution de l'association.

Cette décision fut très difficile à prendre mais le réalisme l'a emporté sur le rêve commencé en 1994.

Un projet né il y a vingt-deux ans !

En janvier 1994, témoins de l'excellent mais ingrat travail accompli par les personnes qui accompagnaient Michaël et les enfants "différents", nous avons souhaité nous investir dans une fondation qui apporterait un soutien financier mais aussi moral à ce personnel d'institution bien souvent confronté à des situations difficiles et à un manque de reconnaissance.

Après une longue réflexion, ainsi est née l'asbl Michaël, un soir de septembre de la même année, par-devant le notaire Anne Gahylle à Tournai : trois membres de la famille de Michaël, un médecin pédopsychiatre, un directeur de l'enseignement spécialisé et un cadre bancaire déjà investi dans de nombreux services clubs ont décidé de faire le chemin ensemble. 

Des débuts en mode mineur !

Les débuts ne furent pas simples, il fallait se faire connaître et surtout faire preuve de crédibilité. Chaque euro perçu par l'association était intégralement redistribué en faveur de trois projets et les comptes annuels pouvaient être consultés au Tribunal de Commerce de Tournai. Par la suite, le blog publia les informations relatives aux actes posés. Les recettes étaient constituées des cotisations annuelles des six membres, des dons de sympathisants, des recettes de concerts ou de conférences et des intérêts bancaires alloués au capital constitué par les membres de la famille au moment de la fondation.

Peu à peu, l'asbl Michaël a pris sa vitesse de croisière et a, au début de chaque année, apporté un soutien financier à des institutions ayant été fréquentées ou fréquentées par Michaël mais aussi à des projets venant en aide aux enfants ou adultes autistes. Les fondateurs mettaient aussi un point d'honneur à participer régulièrement aux actions organisées au sein des maisons soutenues (portes ouvertes, marches ADEPS, marché de Noël, fêtes de Saint-Hubert, repas...). Certains d'entre eux s'investirent même en tant que membres dans d'autres projets.

Les concerts ont attiré jusqu'à près de 400 personnes, des dizaines de généreux donateurs ont apporté une petite participation chaque année, la gestion active du capital a permis d'obtenir des intérêts intéressants. Tout alla pour le mieux jusqu'au 24 juin 2014, jour de la disparition inopinée de Michaël. Près de 500 personnes assistèrent à ses funérailles, quatre jours plus tard.  

Malgré la souffrance, l'asbl continue !

Le ressort aurait pu se briser, nous aurions pu, à ce moment, baisser les bras mais, la décision fut prise, à l'unanimité, de poursuivre notre route afin de perpétuer le souvenir de celui qui avait donné son prénom à l'association.

Si le concert organisé en mars 2014 avait attiré plus de 350 spectateurs, celui mis sur pied en avril 2015, en hommage à ce garçon disparu bien trop tôt, n'a pas connu le même succès : 155 spectateurs. Une telle organisation demande énormément d'investissements en temps et en argent (les frais n'étant pas supportés par le compte de l'asbl), le résultat financier n'étant pas au rendez-vous, le dynamisme et la foi en l'avenir qui nous avaient soutenus ont été balayés. Ajoutons à cela que les intérêts bancaires sont désormais ridiculement bas, qu'au fil du temps, des donateurs de la première heure sont également disparus et on comprendra pourquoi le réalisme a pris le pas sur l'utopie.

Au cours de ses vingt-deux années d'existence, l'asbl Michaël a aidé différents projets : le Service de Santé Mentale du Tournaisis qui soutient tant de familles d'enfants "différents", le Manège et la ferme thérapeutique d'Ere qui accueillent des enfants handicapés pour des heures de détente et pour l'hippothérapie si importante pour eux, Bellerive à Hoves, service d'accueil résidentiel pour adultes autistes, l'Entracte à Tournai, service d'accueil de nuit pour les personnes fréquentant le centre La Marelle à Tournai, les Aubépines à Sart-Risbart, service d'accueil résidentiel pour adultes autistes, l'Amicale du Bayou à Houdeng, service d'accueil de jour pour adultes handicapés.

Au total, 62.215 euros ont été récoltés et intégralement distribués à ces projets. Ainsi, très modestement, l'asbl Michaël a apporté une petite pierre à l'édifice de la solidarité en complément aux actions des services clubs ou des opérations philanthropiques.

En prenant cette décision inéluctable, nous avons tous l'impression de perdre Michaël pour la seconde fois mais nous pensons que le peu que nous avons apporté n'a pas été totalement inutile et que si cela peut donner des idées à d'autres, nous sommes partants pour les conseiller et les aider.

Si, à la lecture de cette dernière lettre de notre part, vous avez envie d'apporter un témoignage de sympathie à l'égard de Michaël, vous pouvez toujours adresser un don aux institutions ou services où il a passé les meilleurs moments de son existence :

Les Aubépines : compte BE29 3601 1413 6064 (les dons de + de 40 euros reçoivent l'attestation fiscale).

La ferme d'hippothérapie d'Ere : compte BE34 0682 4886 9590.

en précisant bien : Don en souvenir de l'asbl Michaël.

Serge Tranchant

Président de l'ASBL Michaël

11:24 Écrit par S.T. dans philantropie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : asbl michaël |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.